Tronc de la famille Verdan

communière de Sugiez au canton de Fribourg

Par Pierre-Arnold Borel

Rolet Verdan est né vers 1550; cultivateur; est père de Pierre Petermann qui est né le 9 septembre 1582; a épousé
Sarah Simonet en 1611
Anna née le 17 mars 1587
Nicolas ligne directe est né le 11 juin 1590
Jehan né le 10 mars 1594
Nicolas Verdan est établi à Sugiez. Le nom de sa première femme ne nous est pas connu; ils ont deux enfants. Veuf, Nicolas se remarie avec Barbe Chervet, de Champion, le 11 mars de l'année 1621. Ils ont deux enfants du premier lit et trois du deuxième lit.
Elisabeth née le 7 avril 1611; elle se marie avec Pierre Clerc en 1639
Pierre né le 13 septembre 1612, mort en 1687 ligne directe
Jean né le 14 décembre 1622
Madeleine née en 1624
Adam né un 4 mars
Pierre Verdan il vit à Sugiez où il épouse, le 2 décembre 1642, Barbille Pantillon dont:
Louis qui naît le 2 novembre 1643; épouse en 1670 Jaqueline Nussbaum
Jean né le 18 décembre 1646
Elisabeth née le 23 janvier 1648
Marguerite née le 27 mars 1653
Pierre né le 26 juin 1654; en 1679 il épouse Elisabeth Pantillon
Elisabeth née le 6 mai 1655
Anne née le 17 mai 1657; morte en 1729. Avait épousé, en 1681, Jean Simonet; veuve, elle se marie avec Jean Vacheron.
Jean Pierre né le 20 mars 1661; en 1683 il épouse Elisabeth Perrotet,
puis en 1687: Elisabeth Javet.
Adam né le 7 juin 1663 ligne directe
Le susdit Pierre fils de Nicolas et petit-fils de Rolet est qualifié d'honorable sur les actes de mariage de son fils Pierre et de sa fille Anne.
Adam Verdan de et à Sugiez; il y est cultivateur. Le 8 du mois de janvier 1686 il épouse Elizabeth Schmutz fille de Hans. Elle mourra le 19 juillet 1746. Leurs enfants naissent à Sugiez:
Jean Pierre né le 5 octobre 1685 ligne directe
Daniel né le 29 octobre 1693; mort le 13 août 1742; a épousé, en 1716: Anne Bôle.
Jean-Pierre Verdan de et à Sugiez; le 10 juillet 1711, épouse Barbille Clerc; ils ont:
Jean Samuel qui naît le 27 décembre 1711
Jean Pierre né le 4 décembre 1712; épouse Elisabeth Zimmermann
Jaques Daniel né le 20 février 1715; mort le 13 mars 1751. Sa femme était Elisabeth Golaz, de Concise.
Jean Daniel, né le 6 décembre 1716 ligne directe
Samuel Nicolas né le 10 septembre 1719; épouse Marie Barbre dont 4 enfants, catholiques confession de leur mère.
Jean Louis né le 11 janvier 1722
Claude Samuel né le 16 avril 1724

BRANCHE DES INDIENNEURS VERDAN LEURS ALLIANCES AVEC LES NEUHAUS, BOURGEOIS DE BIENNE
 
Jean Daniel Verdan est né le 6 décembre 1716 à Sugiez. Il va vivre à Cressier Neuchâtel, comme indienneur avant de devenir négociant en toiles peintes à Cortaillod. De lui part une dynastie de maîtres-indienneurs. En 1742 il se marie avec Marguerite de Vaux; elle est née à Lamboing le 2 décembre 1714 fille de Jean-Pierre notaire et régent d'écholle en ce village; paroissiens de Diesse au canton de Berne; et de Marguerite Racine, de Lamboing. Leurs enfants naissent à Cressier:
Jean-Jaques né le 14 juillet 1743 ; blanchisseur de toiles de coton à Lyon, puis manufacturier d'indiennes à Grandchamp près Boudry. Il épouse Anne-Marguerite Grimm dite Girard, née à Neuchâtel le 2 novembre 1743, morte à Colombier le 22 septembre 1806, fille de Rudolf, de Wissemburg au canton de Berne et bourgeois de Corcelles au bailliage de Vaud, et de Marie-Madelaine Boudry. Rodolphe Grimm francise son nom en "Girard" en venant en Suisse romande. En 1743 il est à Neuchâtel; en 1745, à La Raisse près de Corcelles ; en 1750 à Concise, en 1751 à Gorgier et en 1755 à Cortaillod exerçant la profession de meunier; sa femme Marie-Madelaine est fille d'Isaac Boudry, de Concise. Jean-Jaques et Anne-Marguerite ont des enfants, tous nés à Boudry, sauf les deux derniers Marguerite et Jean-Pierre.
Jean David 1767-1845; épouse Marianne Chevalier née à Rances/Valleyres elle meurt en 1834. Leur fils Jean Samuel naît à Annecy; Avec son beau-frère Bellenot, Jean-David travaille à la fabrique d'indiennes près de Colombier. Jean-David est le principal employé de Claude Du Pasquier.
Jean-Louis né en 1769; épouse Rose-Louise Gênant; il meurt à Moscou.
Rose-Marguerite 1772-1853.
Marguerite 1774-1830 ; en 1795, à Serrières, elle épouse J.-J. Hartmann, puis, en 1812 : Bellenot. Henri
Jean-Pierre 1779-1797 mort à Lisbonne.
Marguerite Julie 1784-1843.
Louis Verdan naît le 22 août 1745. En 1794 il convertira Grandchamp en manufacture de tabac. Sa première épouse est Marie -Caton Godet, née à Cortaillod; puis, Susanne-Rose Burki 1762-1853, sa seconde. Il est père de 19 enfants :
Daniel-Henri né en 1766; époux d'Albertina Roulet.
Louise née en 1768, alliée Vautier.
Rose-Elisabeth dite Rosette 1775-1817 ; femme de Jean-Louis Perret fabricant d'indiennes à Grandchamp.
Jaques-Henry né à Vignier/Saint-Blaise en 1780 ; mort en 1856 ; directeur des indiennages des Isles à Boudry.
2 enfants morts-nés.
Susanne-Rose 1782-1856.
Marianne Françoise 1783-1876.
Louis né en 1783.
Louise Adélaïde 1787-1864; épouse d'Henri Louis Otz médecin à Cortaillod.
Jenny elle mourra à Colombier en 1793; a épousé Louis Gorgerat bourgeois de Boudry, négociant à Saint-Aubin.
Sophie mourra en 1856; a épousé, le 22 mai 1883, Claude Samuel Perret, de La Sagne.
Ulrich Vincent Albert né à Grandchamp le 6 novembre 1791 ; mort en 1828 ; en 1816 il a épousé Henriette Sophie Cornaz
Alexandrine elle meurt en 1839; avait épousé Auguste Mellier, de Bevaix, commis à la fabrique d'indiennes.
David Frédéric 1798-1861; en 1828, aux Isles près de Boudry sur les bords de l'Areuse, il épouse Louise Steinlein.; elle mourra à Colombier en 1893.
Louise morte à l'âge de 18 ans.
Caroline.
Aimée naît en juillet 1805 ; elle se marie avec Jean François Persoz, professeur à Strasbourg et à Paris. Un enfant mort-né.
Daniel Henri ou Henri fils de Louis ; né à Cortaillod le 29 août 1766 ; fabricant d'indiennes à Grandchamp ; il épouse Albertine Roulet de Peseux, dont 7 enfants nés à Boudry: Jean Alexandre 1795-1840 ; fabricant d'indiennes à Grandchamp. En 1825 il épouse Adèle Borel, fille de François Louis, de Couvet bourgeois de Neuchâtel," et de Jeanne-Henriette Tschaggeray.
Daniel-Auguste 1796-1848 ; fabricant de tuiles à Yverdon ; époux d'Henriette Bonnet
Louise née en 1797 ; épouse d'Auguste Vouga, capitaine.
Louis maître-indienneur à Grandchamp puis encaveur et producteur de vins mousseux à Cortaillod. A épousé Fanny-Jenny Huber 1804-1877, la fille de Jean-Pierre et de Marie-Louise Verdan.
Daniel-Henri 1800-1843 ; directeur à Grandchamp ; époux de Marie-Louise Bovet, de la famille dès indienneurs. Son portrait se trouve à la page 113 de l'ouvrage "Indiennes neuchâteloises" de Dorette Berthoud, édition de la Baconnière 1951. Les Bovet, comme les Vaucher et les Du Pasquier, sont de très anciennes souches fleurisanes. Des membres de ces familles se sont établis dans le vignoble pour fabriquer les indiennes. Les membres de ces familles se sont mariés entre eux, restant entre indienneurs. Augustine 1803-1873
Charles 1804-1873 ; décédé à Cortaillod où il résidait. Epoux d'Adeline Vouga, originaire de Cortaillod ; elle meurt en 1890 ; ils ont :
Marie 1839-1924.
Louise 1840-1872.
Max 1841-1879.
Charles 1849-1852 né et mort enfant à Barcelone.
Charles né à Barcelone en 1854; mort à Cortaillod en 1925 ;vigneron, encaveur, marchand de vin, propriétaire ; épousa, à La Neuveville en 1880, Laura Louise Elise Neuhaus. Laura Neuhaus épouse Verdan est née en 1858, morte en 1937, fille de David August Oskar, négociant, et d'Adèle
Anne Fanny Verdan, sa cousine germaine.
Henri François Louis Verdan, fils de Jean Daniel et de Marguerite Devaux, 1747-1818. Après un apprentissage d'indienneur à la fabrique de toiles peintes de La Poissine à Cortaillod, il fit en 1775 un court stage professionnel dans celle de Greng au bord du lac de Morat, ceci avant de prendre la direction de la fabrique d'indiennes de Marin en l'an 1779.
C'est à Torrès Noves près de Lisbonne au Portugal entre 1781 et 1784 qu'il se perfectionna dans son métier chez le maître indienneur David Schwab, originaire du canton de Berne.
De retour au pays, il se fixa à Bienne où il acquit la manufacture de toiles peintes située au Pasquart sur les bords de La Suze. Il y modernisa les machines et introduisit de nouvelles techniques.
Homme fortuné, il acheta, en 1796, la métairie du Lowenberg et le château de Delémont. Entre 1805 et 1814, il occupa le poste de maire de cette ville.
Il épouse en 1767 Marguerite Tendron, fille de Jaques, de Neuchâtel; elle meurt le 2 novembre 1809. L'un des enfants de Marguerite et de François est :
Henry François Louis, qui naît le 14 avril 1770, il est maître indienneur à Bienne. Il épouse Susanne Alexandrine Neuhaus, 1776-1819, fille de Johann-Rudolf III, 1728-1793 ; étudiant en droit, puis notaire ; officier dans les régiments suisses au service de la Hollande, bourgeois de Bienne, et de Susanna-Magdalena Watt. Susanne Alexandrine est petite-fille de Johann Rudolf Neuhaus II, 1701-1770, étudiant en médecine à Bonn et à Strasbourg puis dès 1726 médecin à Bienne épousant, la même année, Anne Marie Lambelet, des Verrières; Susanne Alexandrine est arrière-petite-fille de Johann Rudolf I, 1652-1724, fils de Petrus Neuhaus, pasteur à Seedorf, et de Margareta Kistler. Johan Rudolf I étudie la médecine et la théologie et, dès 1689, est médecin et pharmacien à.Bienne ; il est bourgeois de cette ville. Entre 1721 et 1723 il est l'enseignant d'Albrecht von Haller, 1708-1777, qui est son neveu et sera le célèbre physiologiste. Johann-Rudolf I épouse, en 1698, Susanna-Magdalena Watt.
Henry-François-Louis Verdan et Susanna Alexandrina Neuhaus sont les père et mère de :
Louise Julie 1801-1845 ; en 1820 elle épouse Melchior Alexander Neuhaus 1794-1858 ; chancelier de la ville de Bienne, fils de Franz Alexander, et d'Elizabeth Wysard.
Fanny Julie 1801-1858 jumelle de Louise ; épouse de Johann Karl Friedrich Neuhaus 1796-1849, fils de Rudolf Friedrich, et de Caroline Louise Barbenès ; né et élevé à Neuchâtel, fait des études commerciales à Strasbourg ; employé en 1820 à la fabrique d'indiennes de Bienne. De 1831 à 1846 il est grand conseiller au canton de Berne, bourgmestre de Bienne ; en 1848, conseiller national. La ville d'Aarau et le canton d'Argovie lui confèrent la bourgeoisie d'honneur pour services rendus. Les grands-parents de Johann Karl Friedrich sont Samuel Friedrich Neuhaus (1733-1802) et Marie Marguerite Lucas. Théophile Albert qui est né à Bienne le 19 décembre 1798 ville où il sera fabricant d'indiennes. Le 20 octobre 1822 à Péry, il épouse Joséphine Constance Wildermeth 1804-1887; leurs enfants sont :
Edouard, 1823, officier dans l'armée du roi de Naples; mort du typhus à Bienne.
Alphonse, 1825-1892, à Nidau.
François Henri, 1826-1889, fabricant de boîtes de montres à Bienne ; époux de Louise Grosjean, de Plagne, fille de Louis.
Jules, 1828-1905, monteur de boîtes de montres ; en 1885 il épouse Mina Berthe Mathys à Mlichenbuchsee.
Adèle Anne Fanny, 1831-1924, épouse, à Maîche en 1855, David August Oskar Neuhaus, 1827-1877, marchand, fils de Franz Rudolf bourgeois de Bienne, et de Georgette Bridel, de Vevey.
Constance née en 1838.
Ida Fanny 1845-1919, épouse à Nidau: le fils de Daniel Henry Verdan et de Marie Louise Bovet, d'Areuse, originaire de Fleurier.
Un autre fils de Susanna Alexandrina Neuhaus et d'Henry François Louis Verdan :
Charles Louis né en 1808, mort en 1884; propriétaire et rentier à Bienne; épouse, en 1832, Henriette Cécile fille du médecin Schaffter-Morel :
Marie-Henriette, leur fille, 1832-1907, épouse Charles-Ernest Neuhaus dit Cari, 1829-1907, docteur en médecine, fils de Johann Karl Friedrich, et de Julie Fanny Verdan.
Sophie Julie Vérène Verdan, née à Cortaillod le 30 août 1772, fille d'Henry François Louis, le fils de Jean Daniel, et de Marguerite Tendron ; elle épouse, à Bienne, en 1791: Johann Rudolf IV Neuhaus, 1767-1846, le fils de Johann Rudolf III, et de Susanna Magdalena Watt. Johann Rudolf IV bourgeois de Bienne, à la suite d'une formation commerciale à Lyon puis à Aix-en-Provence, s'associe à Alexandre Kohli pour ouvrir des commerces de denrées coloniales en gros à Aix, Marseille et Bienne. C'est en cette dernière ville qu'il se fixe en définitive en 1790 ; il y ajoutera même le commerce de la soie ainsi que la vente de fromages. En 1823 il fondera la Caisse d'épargne de Bienne et, en 1825, ouvrira une filature ainsi qu'un tissage de coton à Gurzelen près de Bienne. Il laisse des "Mémoires" écrites à l'âge de septante huit ans.
Nos remerciements vont à Madame Caroline Schuster, conservatrice du musée Neuhaus à Bienne.

Ouvrages et documents consultés :
Archives généalogiques des familles Neuhaus et Verdan, Musée Neuhaus.
Archives généalogiques, fonds Borel-de Rougemont, bibliothèque de la ville du Locle.
"Charles Neuhaus, 1796 - 1849"par Régula Ludi. Editions Intervalles, 1996.
"La bourgeoisie de Bienne au XIXe siècle" édition Musée Neuhaus, 1998.
"Les indiennes neuchâteloises "par Dorette Berthoud, La Baconnière 1951.
"Biel, Stadtgeschichtliches Lexicon von Petinesca bis Ende der 1930er Jahre".

Retour