Recherche dans le canton de Neuchâtel

Voici quelques indications qui pourront aider nos lecteurs étrangers qui se sont découverts une ascendance neuchâteloise et qui ont été déroutés par les réponses reçues des archives autant que par les particularités du système helvétique.
 
Nous vous recommandons l'excellent guide de la recherche généalogique en Suisse :

« Retrouver ses ancêtres en Suisse », Denis Dubich, 2013, Editions Archives et Culture,
 ISBN 2350772365

Introduction

Avant toute recherche généalogique en Suisse, il faut connaître deux particularités de la Confédération Helvétique :
 
1) Ne pas dire "en Suisse", mais "dans tel ou tel canton suisse". En effet, chaque canton est un État indépendant et a ses propres lois, sa propre organisation (notamment en matière d'état civil). Contrairement à la France, pays centraliste s'il en est, où l'état civil remonte à l'Edit de Villers-Cotterets signé par François 1er en 1539, "en Suisse" - mais c'est un néologisme de parler ainsi ! - chaque canton a eu une pratique différente jusqu'en 1876, date de la création de l'état civil fédéral.
 
2) La notion de commune d'origine, qui est un héritage du droit romain et qui se transmet de père en fils. Dans l'Ancien régime, c'est-à-dire jusqu'en 1848, on était d'abord citoyen d'une commune et donc d'un canton. C'est seulement la Constitution fédérale de 1848 qui fait de tout citoyen d'un canton un citoyen helvétique. Chaque famille a sa "commune d'origine", celle où le premier porteur du nom vivait et a été enregistré. C'est pourquoi, aujourd'hui encore, lorsqu'un étranger est naturalisé, il doit "acheter une commune d'origine" (en principe celle où il réside). Il est alors citoyen d'une commune, donc d'un canton, donc de la Confédération (qui elle, n'a aucune compétence pour délivrer la citoyenneté helvétique !).
Les communes tiennent un registre des familles (et/ou des registres de bourgeoisie) où sont enregistrés tous les actes concernant cette famille et ses multiples branches. On peut dire avec certitude que tous les porteurs d'un même patronyme qui ont la même commune d'origine sont "cousins" et remontent à la même "souche" (c'est-à-dire l'ancêtre qui le premier s'est installé dans cette commune). Certaines familles peuvent avoir 2 voire 3 communes d'origine, parce qu'au cours des siècles un individu s'est établi dans une nouvelle commune dont il acheté la bourgeoisie (généralement pour des questions de droits de pâture, d'exploitation forestière, etc.). Ses descendants mâles hériteront des 2 origines. Jusqu'au début des années 1990, les femmes perdaient leur origine par mariage et prenaient celle de leur mari. Aujourd'hui, elles peuvent conserver leur origine, mais pas la transmettre à leurs enfants (sauf les mères célibataires ou celles qui ont épousé un étranger).

L'état civil avant 1876

Jusqu'en 1876, l'état civil était régit par les cantons qui confiaient cette tâches aux églises. Les cantons protestants ont été les premiers à introduire un "état-civil", et dès la Réforme (entre 1530 et 1540 selon les cantons), les pasteurs ont enregistré les baptêmes et les mariages.
Dans les cantons catholiques, il a fallu attendre le Concile de Trente (1563), qui impose la tenue de registres paroissiaux. Mais l'usage ne s'est vraiment répandu qu'à la fin du 16e siècle.
 
Où consulter les registres ?
Dans le canton de Neuchâtel, les registres d'état-civil avant 1876 sont en libre consultation aux Archives de l'Etat de Neuchâtel (AEN) à Neuchâtel.
Fédéralisme oblige, dans certains cantons les registres paroissiaux se trouvent aussi aux archives cantonales, tandis que dans d'autres, ils sont toujours dans les cures.
Avant 1750, les actes de mariage et de décès ne sont généralement pas filiatifs, et pour les baptêmes, le nom de la mère n'est souvent pas indiqué. Bien souvent, il faudra donc compléter ou confirmer les recherches entreprises dans les registres paroissiaux par d'autres sources (registres des notaires, listes de recensements).

La loi fédérale sur l'état civil de 1876

A partir de cette date, l'état civil est obligatoirement tenu dans les communes civiles, selon le même modèle dans toute la Suisse. Jusqu'à récemment (et c'est encore le cas dans certains cantons) la consultation des registres postérieurs à 1876 nécessitaient une autorisation spéciale de l’autorité de surveillance de l'état civil.
 
Où consulter les registres postérieurs à 1876
Aux AEN, on peut consulter les registres de naissances jusqu'en 1900, les registres de mariages jusqu'en 1930 et les registres de décès jusqu'en 1960. Les actes plus récents ne sont communiqués par les Offices d'état civil où a eu lieu l'acte qu'aux descendants directs sur présentation d'une preuve de filiation et moyennant un émolument (entre CHF 25.- et 40.-).
A noter que de 1876 à 1928, chaque événement (naissance, mariage, décès) est inscrit dans la commune ou l'évènement à lieu (registre A) ainsi que dans la commune de domicile et dans la/les communes d'origine de la personne concernée (registre B). Ce double enregistrement peut rendre bien des services au généalogiste.
A partir de 1929 et jusqu'en 2005, dans toute la Suisse, chaque office de commune a dû tenir – outre les registres de naissance, mariage et décès – un « registre des familles » dans lequel étaient enregistrés tous les toutes les mutations des familles originaires de la commune, qu'elles y soient domiciliées ou pas. Pour toute personne originaire du lieu, on ouvre une page sur laquelle seront inscrits l'époux, son épouse avec leur filiation et les enfants du couple. Cette centralisation dans un même registre permettait d'avoir une vision globale de la famille, et de reconstituer facilement l'histoire d'une famille et sa généalogie.

Infostar ou l'état civil informatisé

En 2005, tous les registres « papier » (naissances, mariages, décès et registres des familles) ont été définitivement clos.
Depuis cette date, tous les événements d'état civil sont enregistrés dans le Registre de l'état civil informatisé appelé Infostar, auquel tous les offices de l'état civil suisses sont raccordés. Les événements d'état civil ne sont plus documentés que sous forme électronique et il n'existe plus de registre d'état civil papier.
L'état civil n'est plus tenu par les communes, mais par des offices d'état civil qui regroupent plusieurs communes. Le canton de Neuchâtel compte 7 offices d'état civil d'arrondissement.

Liste des offices de l'état civil du canton

Arrondissement de Neuchâtel
Office d'état civil de Neuchâtel
Fbg. De l'Hôpital 2
2000 Neuchâtel
Tél. 032/717.72.10
Fax 032/717.72.19
@ ecne@ne.ch
Site  www.neuchatelville.ch
·         Neuchâtel.

Arrondissement d'Hauterive
Office de l'état civil de l'arrondissement d'Hauterive
Rebatte 1
2068 Hauterive
Tél. 032/756.97.33
Fax 032/756.97.47
@ Etat-Civil.Hauterive@ne.ch
Site www.hauterive.ch
·         Hauterive,
·         Saint-Blaise,
·         La Tène (Marin-Epagnier, Thielle-Wavre).

Arrondissement de Cressier
Office de l'état civil de l'arrondissement de Cressier
Rue Vallier 4
2088 Cressier
Tél. 032/757.37.17
Fax 032/757.31.54
@ Etat-Civil.Cressier@ne.ch
Site www.cressier-ne.ch
·         Cressier
·         Cornaux
·         Enges
·         Le Landeron
·         Lignières.

Arrondissement de Boudry
Office de l'état civil de l'arrondissement de Boudry
Louis-Favre 39
2017 Boudry
Tél. 032/886.47.40
Fax 032/886.47.44
@ Etat-Civil.Boudry@ne.ch
Site www.boudry.ch
·         Auvernier
·         Bevaix
·         Bôle
·         Boudry
·         Brot-Dessous
·         Colombier
·         Corcelles-Cormondrèche
·         Cortaillod
·         Fresens
·         Gorgier
·         Montalchez
·         Peseux
·         Rochefort
·         Saint-Aubin-Sauges
·         Vaumarcus

Arrondissement du Val-de-Travers
Office de l'état civil de l'arrondissement du Val-de-Travers
2126 Les Verrières
Tél. 032/866.16.67
Fax 032/866.16.44
@ Etat-Civil.VDT@ne.ch
Site www.lesverrieres.ch
·         Val-de-Travers (Couvet, Môtiers, Travers, Noiraigue, Boveresse, Fleurier, Buttes, Saint-Sulpice, Les Bayards),
·         La Côte-aux-Fées
·         Les Verrières

Arrondissement du Val-de-Ruz
Office de l'état civil de l'arrondissement du Val-de-Ruz
Épervier 6
2053 Cernier
Tél. 032/886.56.83
Fax 032/886.53.37
@ commune.boudevilliers@ne.ch
Site boudevilliers.ne.ch
·         Boudevilliers
·         Cernier
·         Chézard-Saint-Martin
·         Coffrane
·         Dombresson
·         Engollon
·         Fenin-Vilars-Saules
·         Fontainemelon
·         Fontaines
·         Les Geneveys-sur-Coffrane
·         Les Hauts-Geneveys
·         Le Pâquier
·         Montmollin
·         Savagnier
·         Valangin
·         Villiers

Arrondissement des Montagnes neuchâteloises
Office de l'état civil de l'arrondissement des Montagnes Neuchâteloises
Hôtel-de-Ville 1
2400 Le Locle
Tél. 032/933.84.64
Fax 032/933.84.69
@ Ecmn@ne.ch
Site Lelocle.ch
·         Brot-Plamboz
·         La Brévine
·         La Chaux-de-Fonds
·         La Chaux-du-Milieu
·         La Sagne
·         Le Cerneux-Péquignot
·         Le Locle
·         Les Brenets
·         Les Planchettes
·         Les Ponts-de-Martel