Pierre Fallet (décrété de prise de corps en 1726) 

(Travail présenté par Georges Fallet)
 
Pierre est un cousin germain du mercenaire Jean Fallet, objet de l'article ci-dessus. Il est fils d'Abraham et petit-fils d'un autre Abraham. Sa généalogie est donc décrite plus précisément ci-dessus.

En date du 11 décembre 1725, le Manuel du Conseil d* État rapporte : "Mr l'avocat général a fait rapport de l'examen qu'il a fait de l'extrait de décret de Pierre, fils de feu AbrahamFallet, de Dombresson, tenu à Valangin le 17 août 1725, par lequel il conste que le Sr Fallet est convaincu de crime de faux pour avoir supposé un billet de cautionnement en sa faveur contre Jonas Diacon dit Petit-Jean, de Dombresson, et avoir contrefait sa signature."

C'est à peu près la seule mention que l'on possède de cette affaire. Monsieur Henry, dans la thèse intitulée Crime, justice et société dans la Principauté de Neuchâtel au XVIIIe siècle signale qu'il est fréquent que des personnes recherchées soient averties par des parents, des amis ou même des justiciers, afin qu'elles puissent prendre le large pour échapper à une arrestation. On considérait alors qu'il n'était nullement nécessaire de déshonorer une famille par une incarcération et que le départ à l' étranger du coupable correspondait à une peine de bannissement.

Dans les registres paroissiaux, on relève que les deux premiers enfants de Pierre sont baptisés à Dombresson, le troisième l'est à Lignières en juin 1726, soit quelques mois après le décret de prise de corps de l'époux, indication peut-être que ce dernier s'est fait oublier à Lignières ou sur le plateau de Diesse. Puis la famille revient à Dombresson où naissent encore deux enfants. Enfin, vers 1731, on perd la trace de ce personnage, qui semble avoir émigré définitivement, car plus aucun membre de cette lignée n'apparaît dans les registres paroissiaux de la principauté, que ce soit lors d'une admission à la Communion, lors d'un mariage ou lors d'un décès.

Plus...