Nécrologie Pierre de Rougemont

C'est le 1er mai dernier, à la veille de son 96ème anniversaire, que s'est éteint tranquillement Pierre de Rougemont dans sa chambre du Home La Source à Bôle où il a passé les dernières années de sa vie, entouré de ses deux fils, ses trois petites-filles et ses sept arrière-petits-enfants. Il avait beaucoup de joie à voir ces derniers et sortait toujours de son sac en bandoulière qui ne le quittait pas un bout de chocolat pour les petits. Ainsi, alors qu'il était déjà âgé de plus de 80 ans, il n'hésitait pas à s'asseoir par terre pour jouer avec son premier arrière-petit-fils. Encore à Pâques, quelques jours avant sa mort et alors qu'il ne se déplaçait plus qu'avec peine, il est allé chercher les œufs avec son arrière-petit-fils de cinq ans qui le tenait par la main.

Né avec le siècle, le 10 mai 1900 à La Nalière sur Saint-Aubin, Pierre de Rougemont, après un apprentissage d'employé de banque et un séjour à Bâle, s'installe à Neuchâtel où il épouse, le 1er juin 1929, Germaine Clottu, de Saint-Blaise. Il deviendra fondé de pouvoirs de la banque DuPasquier, Montmollin & CIE et premier-lieutenant de mitrailleurs d'infanterie. Membre fondateur du FC Neuchâtel-Xamax, passionné de football, il ne manque aucun match, installé à sa place dans la tribune officielle et ce n'est que les tout derniers mois qu'il abandonnera la Maladière.Grand sportif et amoureux de la nature, il pratique l'aviron et le vélo et il nous emmenait régulièrement, nous ses petites-filles, donner du pain aux canards et aux cygnes des quais du lac de Neuchâtel ou découvrir les pâturages de Chaumont et de Chasseral, dans de belles balades à pied à travers le Jura.

C'est en 1971 que Pierre de Rougemont remplace le démissionnaire Bernard Wavre au poste de président de la section de Neuchâtel de la Société Suisse d'Etudes généalogiques, acceptant cette fonction avec l'enthousiasme qu'il mettait à toute chose. Il demeurera à ce poste jusqu'en 1989. La section de Neuchâtel, à cette époque-là, est un cercle assez fermé, réunissant un groupe d'aînées issus des familles bourgeoises de Neuchâtel. Pierre de Rougemont organise avec compétence de 4 à 6 exposés par an. Lui-même n'en présente qu'un seul en 1978 intitulé : « Comment l'alliance de Léopold de Rougemont et de Jeanne DE Montmollin réunit dans leur descendance les trois signataires du Pacte Fédéral de 1815 ». Il organise aussi, secondé par sa femme Germaine, les courses annuelles de la section,emmenant ses membres à la découverte de manoirs et de châteaux privés habités par des familles patriciennes.

Ainsi, en 1973 à Givisiez, dans les manoirs des familles de Broccard, de Praroman et d'Affry ; en 1980, dans l'un des plus beaux châteaux bernois, le manoir de la famille de Watteville à Oberdiessbach. En 1981, la section est reçue au château de Vuillerens appartenant à la famille de Mestral à la saison des iris et, en 1986, au château-fort de Joux, suivait un repas au pavillon de chasse de La Levotte, dans les forêts de Gilley.

En 1974, c'est le Congrès de la Société Suisse d'Etudes généalogiques à Neuchâtel, avec visite des Archives de l'Etat qui montrent des parchemins de l'époque des comtes de Neuchâtel, avec sceaux et armoiries, puis un repas moyenâgeux aux chants de troubadours dans le cadre du château de Vaumarcus.

Pierre de ROUGEMONT dirigeait ces sorties avec ses compétences et son tempérament d'officier de l'armée suisse et menait son monde, de sa voix de stentor !

C'était aussi un membre très populaire du comité central, romand parmi de nombreux suisses allemands.

Dès 1985, moins vaillant, Pierre de Rougemont est épaulé et accompagné à la présidence par Madame Heidi Renaud, puis au décès de cette dernière par le vice-président Pierre-Arnold Borel, qui prendra sa succession en 1989.
 
Anne Jeanneret - de Rougemont

Retour