Les patronymes doubles usités dans le canton de Neuchâtel

Dans la Revue généalogique franc-comtoise du premier trimestre de 1996, nous lisons ce qui suit, à la page 38:... les patronymes doubles sont un peu une particularité franc-comtoise, où on les trouve plus fréquemment qu'ailleurs; ils sont souvent nés d'un besoin de précision. Par exemple, les Bailly sont devenus si nombreux dans le village et dans la région, que l'on s'y perd, alors le besoin se fait sentir, pour les distinguer, d'accoler un surnom au patronyme. Aux Baily-Salin vous pourriez ajouter les Bailly-Maître, Bailly-Monthuby, Bailly-Béchet, Bailly-Basin, Bailly-Comte et, ce qui est plus rare, un composé de trois noms : Bailly-Maître-Grand.

Dans le comté de Neuchâtel, le nom double apparaît déjà vers les premières années de 1500, ceci vu particulièrement dans les Montagnes de Valangin. A cette époque, l'éventail de prénoms était assez restreint, prénoms puisés, en général, dans l'Ancien Testament, à chaque génération, on y prenait des Abram, des David, des Daniel et des Gédéon. Portant presque tous le même prénom, on avait peine à "déconnaître" les gens du même nom de famille, si dans la même génération ils portaient encore le même prénom que le cousin.

C'est donc ici que l'on ajoute au patronyme des sobriquets souvent venant du métier ou du prénom de l'ancêtre ou du lieu de résidence. Du tronc de la famille Robert, communière du Locle, sont sortis, vers 1600, les rameaux des Robert-Tissot (tisserand), des Robert-Monnier (meunier), des Robert-Nicoud descendants de Pierre Robert dit Nicod (Nicolas). De Jean Robert dit Charrue est venue la famille Robert Charrue. Pour les Robert-Charrue, une branche venant de son fils Laurent donnera aux descendants le nom des Robert-Laurent. D'un autre fils de* ce Jean Robert-Charrue: Pierre l'Aisne descend la famille Robert-Grandpierre.

Du tronc Huguenin viennent les Huguenin-Virchaux et les Huguenin Dumittan (descendant d'un laboureur de La Chaux-du-Mittan (du Milieu). Les Huguenin-Tenet ont comme ancêtre le "Ténoté Huguenin" soit l'Anthoyne Huguenin, vivant au Valanvron vers 1560. L'écrivain Oscar Huguenin est de la branche des Huguenin-Tenet. La romancière T. Combe (1856-1933), née Adèle Huguenin-Vuillemin descend de Vuillemin Huguenin le fils de Petitjehan, du Locle, qui vivait au XVIème siècle. A la même époque, dans les mairies des Chaux d'Estaillères, du Locle et de Rochefort, foisonnaient les doubles noms. Comme les Matthey de l'Endroit, les Matthey Pierret, les Matthey Guenet, les Matthey Junod et les Matthey Duprat. Le chantre de la Fête des Vignerons de 1905: Gustave Doret, appartient à la branche des Matthey-Doret-Dubas-set, communière de La Brévine. N'oublions pas de citer les Droz-dit-Busset, les Droz-dit-Bastian, les Courvoisier-Clément, les Courvoisier-Piotet les Courvoisier dit Voisin. Les Perret-Gentil et les Perret-Jeanneret; les Tissot-Daguette et les Tissot-Vougeux; les Ducommun-dit-Verron, les Ducommun-dit-Petitjean, les Ducommun-dit- Jonais et les Ducommun-dit-Tinnon. Les Ducommun-dit-Boudry descendent d'un Ducommun établi à La Combe Boudry. Toutes ces branches Ducommun ont donné des penduliers de renom. A la famille Jeanneret se rattachent divers rameaux: les Jeanneret Grosjean, les Jeanneret-dit-Mercier et les Jeanneret-Gris. Le Corbusier était un Jeanneret-Gris et descendait de Yermin Jenenet, défricheur au Locle au XVème siècle. Dans le Clos de La Franchise il y a encore les Calame-dit-Besson, les Calame-dit-Rosset, les Calame dit Longjean; les Pétremand alias Calame; les Pétremand-Besancenet, les Humbert-Droz, les Jaquet-Droz et les Droz-de-Sur-le-Pont (à La Chaux-de-Fonds). Les Favre dit Dessus le Mont, (au Locle); les Othenin-Girard, les Sandoz-Gendre et les Sandoz Otheneret; les Brandt-dit-Grieurin, les Delachaux-dit-Gay, les Dumontdit-Vuatel.

La communauté des Brenets était formée par les familles: Quartier-la-Tente, les Jeanquartier-la-Tente, les Quartier-dit-Bomel, les Quartier-dit-Maire, les Quartier-dit-Billon, et même les Quartier Billon-dit-Millan; les Guinand-dit-Maire et les Guinand-dit-chez Louys. Voici ceux de la vallée de La Sagne: les Perrenoud-Comtesse, les Grandguillaume-Perrenoud, les Grandguillaume-Perrenoud-Comtesse; les Beljean-Touchenet, les Favre-Bulle, les Nicolet-dit-Favre, les Jean-Petit-Matile, les Jean-richard-dit-Bressel et les Jacot-Guillarmod.

A Valangin: les Vuilliomier-dit-Golème, lesTissot-dit-Sanfin; à Fontainemelon: les Benguerel-dit-Perroud et les Benguerel-dit-Jacot. AFenin: les Clerc-dit-Vulpe, les Clerc-dit-Guy et lefcierc-dit Guy- d'Audanger, toutes anciennes familles du Val-de-Ruz.

Dans la chastellenie du Vaux Travers, Buttes abrite les Leuba-Béchet et les Donnier-dit-Benoist; Fleurier, les Bertrand-dit-Vuitel, les Berthoud-Isaïe et les Berthoud-dit-Beillard; les Bertrand-dit Millan, les Vaucher-de-La-Croix.

Couvet est le village des Petitpierre-Perchetta et des Borel. Cette dernière famille, au cours des siècles, se divise en plusieurs branches: dès 1498: la descendance prolifique de Petitjaquet Borel ajoute le prénom de cet aïeul à son patronyme ainsi on a les Borel-Petitjaquet. On a aussi les Borel-Jaquet à Côte-Bertin sous Plancemont. Les Borel du Mont au Mont de Couvet. Les Borel-de Malmont. Au XVIIIème siècle, les Borel de Bitche, branche qui sera anoblie par le roi de Belgique Albert 1er. Puis, les Borel-du Brey, les Borel-de-La Roche, les Borel-Jehangoz, les Borel-Peythoud et, enfin, les Borel-Baccon.

Dans le vignoble, les Mentha-dit-Jeanneret sont communiers de Cortaillod; les Favre-dit-Nicod, de Fresens; les Nicod-d1 Allemagne sont d'Auvernier, et, les Tissot-dit-Rumon, bourgeois de Boudry.
Les familles bourgeoises internes de la ville de Neuchâtel qui ont aussi des noms doubles se sont pratiquement toutes éteintes au cours des siècles; elles étaient: les Bourgeois-dit-Blanc, les Bourgeois-dit-Francey, les Bourgeois dit-Coinchely, les Bourgeois-dit-Brément, les Thiévent-dit-Berfoudz, les Simon-alias-Nyale, les Brochard-alias-Flory et les Matthié-dit Herba.

Comme bourgeois du Landeron: les Quemin -de-Vieilmarché. La famille Clottu, communière de Cornaux se divise en Clottu-dit-Nicolet, en Clottu-dit-Perroud, en Clottu-dit-Tschyra; le docteur Olivier Clottu, membre de notre section, est de la branche des Clottu-dit-de-La-Chapelle. Toute en étant très longue, cette liste des patronymes doubles est loin d'être exhaustive.

Signé : Pierre-Arnold Borel, de la branche Borel-Petitjaquet.

Retour