La Saga des Fallet 1ère partie

(Travail préparé M. Georges Fallet)

La famille Fallet est originaire de Dombresson au Val-de-Ruz, dans la seigneurie de Valangin. Le premier personnage qui a porté ce nom à Dombresson se prénomme Perroud, cité le samedi avant la Saint-Vincent 1414 (Les saints Vincent étant nombreux, on ne peut définir sur quelle date tombe le samedi) dans l'extente en latin de Rolet Bachie. Il ne s'agit pas d'un propriétaire, mais il fait partie des dix-sept membres de la communauté. On peut donc en déduire qu'il est alors majeur, qu'il habite depuis plusieurs années Dombresson ou les proches environs et qu'il exerce un métier artisanal.
 
La descendance de Perroud n'est pas connue pendant près d'un siècle. Jean l'Aîné, Guillaume et Henry, peut-être ses arrière-petits-fils, dont la mère s'appelle Mosset, reçoivent vingt faux de pré à la Joux du Plane le 6 juin 1487. Ils appartenaient à la condition des taillables et sont affranchis en 1520 de la servitude dite du rude bâton par Claude d'Aarberg, seigneur de Valangin, époux de la célèbre Guillemette de Vergy. Dès cette époque, la famille se divise en de nombreuses branchés qu'il serait vain pour nous de suivre en détail. Disons simplement que l'un des trois frères, Guillaume (adulte en 1480, mort avant le 15 mai 1505) estle père de Jean (adulte en 1511), père de Guillaume.

Contre le payement de quarante écus de bon or et de juste poids, ce dernier reçoit le dimanche 11 juin 1542 une lettre d'affranchissement, par laquelle lui et ses descendants sont reconnus bourgeois amodérés (amodéré veut dire tempéré) de Valangin. Il fait dès lors partie de ce genre de sujets dépendant de la seigneurie de Valangin qui doivent annuellement une poule par feu-tenant, un chapon, un char de bois, trois charrois et un batz par mère-brebis. Ce Guillaume a un fils, Joël (mort avant 1598), père de Siméon, dont nous poursuivrons plus bas la généalogie, et d'Abraham, qui émigré en Normandie. Le fils de ce dernier, Ezéchias, né en 1625, s'établit à Caen où il épouse Marie Marot. De cette union est issu un fils, Michel, né en 1660, mari d'une anglaise, Elizabeth Buck, dont le fils, Moïse, naît à Londres le 28 septembre 1687.

Revenons au Val-de-Ruz auprès de Siméon, fils de Joseph : sa maison est sise à la Joux du Plane et il possède des terres au Pâquier et à Dombresson. Son fils, Jean, (né vers 1622, mort avant 1694) s'installe au Côty et Derrière-Pertuis. Ce Jean est d'ailleurs l'ancêtre de deux membres de notre société, Paul Fallet, notre aimable caissier, et Georges Fallet, notre diligent vérificateur des comptes, le principal auteur de ce texte.

Jean Fallet a donc comme fils Samuel (1666-vers 1720), qui a Jean (1717-1743), qui a Jean-Pierre (1745-1822), qui a Jean Henri (1785-1808), qui a Aimé (1819-1868), qui a Aimé (1859-1902).

Retour