La Famille Robert, communière du Locle, de La Chaux-de-Fonds et de Renan

branche des banquiers

par Pierre Arnold Borel
 
Nicod Roubert franc-habergeant résidant en la mairie du Loucle. Vers les années 1400, il était probablement dans la cinquantaine puisque ses fils étaient déjà adultes. Selon les "Annales de Jonas Boyve": - "... en 1393 Guillaume d'Arberg seigneur de Valangin donna aux habitants du Loucle telles coutumes, libertés et franchises dont on a déjà usé au passé, notamment ceux qui fondèrent ce lieu". En 1401, lorsque Rolet Bachie, clerc et notaire de Monseigneur de Valangin, dresse les reconnaissances du Locle, Otthonyn et Jehan, fils du dit Nicod, sont cités dans la liste des censiers du Clos de la Franchise. Le nom de la femme de Nicod ne nous est pas connu ; leurs enfants sont:
Otthonyn, sera laboureur en son hausto [maison] sise aux confins de La Sagne et du Locle. Il sera le père d'une Janeta que l'on cite comme étant majeure en l'an 1421.
Jehan, ligne directe.
Jehan Roubert, fils de Nicod; franc-habergeant du Loucle; laboureur habitant aux confins de La Sagne et du Locle où il est cité en 1421. Il a épousé NN... Elle et Jehan sont probablement parents de: Pierre, cité en 1464 puis en 1484. Jehan, ligne directe.
Jehan Roubert, fils de Jehan, franc-habergeant du Locle; cité entre 1464 et 1478.
Deux de ses fils nous sont connus:
Otthenyn, ligne directe.
Humbert ; en 1402 le seigneur de Valangin lui octroie le titre de Bourgeois.
Humbert est propriétaire du domaine du Tourneret (Tonneret) rière Le Locle. Il sera dit feu en 1507. Sa femme fut Jehannette Dessus-le-Mont (Dumont) du Locle; citée en 1537. Elle lui a donné 11 enfants:
Pierre, dit Nicoud, qui mourra le 5 juin 1540. De lui est sortie la branche des Robert-Nicoud.
Ottenin, dit Tissot, (tisserand) encore mineur en 1507, ancêtre des Robert-Tissot.
Claude, dit l'Aisne, qui est cité en 1513 et mort avant 1519.
Claude le jeune, mineur en 1507, cité vivant en 1559; l'un de ses fils, prénommé Nycolas dit Le Monnier (meunier), est l'ancêtre de la branche des Robert-Monnier (aujourd'hui éteinte).
Jehan est dit mineur en 1507 et est encore cité en 1519.
Vuillemin, encore mineur en 1507.
Nycolas, vit encore en 1563 ; son petit-fils Jehan dit Charrue, fils de Jehan, est l'ancêtre des Robert-Charrue. Un autre fils de Nycolas, Laurent, est l'auteur du rameau des Robert-Laurent. Le rameau des Robert-Grandpierre sort d'un autre fils de Nycolas: Pierre l'aisné dit Grandpierre. Magdelaine se mariera avant 1519 avec Guillaume Brand(t), du Locle Jehanne sera l'épouse, en 1519, de Guillaume Brenet, aussi du Locle Huguenette se marie avant 1519 avec Huguenin Touchon, de La Sagne Perresson ; elle sera l'épouse de Jaques Brand(t), fils de Jaques, du Locle, ceci en 1519.
Otthenyn Robert, fils de Jehan, communier du Locle, reçu dans la Bourgeoisie de Valangin en 1502 en même temps qu'Humbert, son frère. Otthenyn est aussi son parsonnier pour le domaine du Tourneret sis aux Esplatures. Il est laboureur. Il épouse Jehannette N.. qui lui donne:
Pierre, cité en 1570; dont descendance
Nycolas, cité en 1552; dont descendance
Ottenin, dans un acte de 1539
Vuillemin, ligne directe
Jehan, cité en 1552; dont descendance
Jehan, dit Petitjehan ; il est le cadet du précédent. Cité en 1562, dont descendance
Claude, cité en 1568; sans descendance
Jehanne ; elle se marie, vers 1541, avec Jehan Matthey, du Locle
Perrenette ; elle meurt avant 1540; avait épousé Blayse Matthey, fils de Jaques
Jehannette
Claudia
Blaisa, toutes trois vivantes en 1540
Tous les 12 sont les enfants connus de Jehannette et d'Otthenyn.
Vuillemin Robert, fils d'Othenin ou Otthenyn, communier du Locle et bourgeois de Valangin, né avant 1520, cité en 1540 et en 1565. Le 5 octobre 1552, sans doute en tant que gouverneur, il représente la communauté du Locle et reconnaît les possessions de celle-ci. Le 15 mars 1552, il avait aussi reconnu ses biens propres, soit un domaine de 40 faux dont les 5/16es répartis en 5 parcelles sises au Chastel Neuf, au Tartez, à La Coste, à La Chaulx de Fonds et à La Croysette (les Crosettes) en la mayrie du Locle; ceci en vertu de l'héritage paternel et d'un achat datant du 26 du mois de juillet de l'an 1549.
Vuillemin décède avant 1574 (Registre des reconnaissances des Montagnes de Valangin registre 3a folio 373 verso à 380 recto - et folio 46 à 48 verso). Le nom de son épouse nous est inconnu; ils ont:
Othenin, ligne directe.
Abraham, né avant 1543, cité en 1571, mort avant 1574. En 1571, il se marie avec Perrenon Du Boz, la fille de Vuillemin. Elizabeth se mariera, en 1564, avec Jehan, le fils de Pierre Guyot, de La Chaulx de Fonds. Clauda épousera, en 1570, Claude Favre Dessus le Mont, du Locle.
Othenin Robert, fils de Vuillemin, communier du Locle, bourgeois de Valangin, né avant 1544; cité entre 1564 et 1596. C'est en 1564 qu'il se marie avec Elizabeth Du Boz, fille de Claude et petite-fille de Vuillemin, du Locle, née avant 1544. Leurs enfants sont:
Abraham, ligne directe.
Moyse, cité en 1595; sera père d'un Moyse
David, père d'un Jaques, d'un David ainsi que d'un Guillaume, tous trois reçus communiers de La Chaux-de-Fonds lors de la création de cette Mairie en 1656, étant agriculteurs au quartier dixmeur des Bulles. Guillaume, cité en 1595. Marie épouse Pierre Dubois dit Cosandier Perrenon Susanne Jaqua, citée avec ses quatre sœurs dans un acte daté de 1595.
Abraham Robert, fils d'Othenin, communier du Locle et bourgeois de Valangin, né avant 1570, cité dans un acte du 22 janvier 1617. Il a 5 enfants avec sa femme Louise NN.. :
Othenin, ligne directe.
Moyse, communier de La Chaux-de-Fonds lors de la création de cette commune en 1656. Réside au quartier dixmeur des Bulles avec maison, prés et terres arables (labourables) au lieu-dit Les Endroits des Bulles. Il reconnaît, le 28 juin 1662, posséder 43 faux et 4 pieds de terre en son nom et au nom de ses fils Abraham et Jacob. Sa fille Susanne lui donne quittance de dot au 17 juin 1658 lorsqu'elle se marie avec Josué Droz.
Abraham, cité le 19 novembre 1629, partage l'héritage familial avec ses frères le 2 novembre 1635 et avec Marie, sa sœur, le 29 octobre 1639. En 1642, le 28 février, il renonce à la succession de son frère Guillaume au profit de son autre frère Moyse. Abraham sera dit feu avant 1662. Il a eu comme épouse Susanne Matey (Matthey), la fille de Jaques, communier du Locle. Leurs enfants, tous parsonniers, résident aux Endroits des Bulles. En 1656, ont trois enfants: David Moyse
Judith. Tous trois obtiennent le titre de communiers de La Chaux-de-Fonds lors de la fondation de la Mairie, ceci tout en conservant la bourgeoisie du Locle.
David reconnaît posséder 14 faux et 11 perches aux Bulles en indivis avec Moyse et Judith, ses frère et sœur, absents du pays à cette date du 28 juin 1662. Guillaume est cité dans la reconnaissance de son frère Moyse en 1662. Il meurt avant 1642, mais est cependant cité plus tard. Sans descendance. Marie partage ses biens avec Abraham, son frère, le 29 octobre 1639. Elle est citée le 10 novembre 1641. Dans cet acte, elle est dite femme de Josué Jacot-Parel.
Othenin Robert, fils d'Abraham, du Locle et bourgeois de Valangin. Est reçu communier de La Chaux-de-Fonds lors de la création de la mairie en 1656. Le 28 juin 1662, résidant à La Montagne du Droit de Renan, il reconnaît, en son nom et en celui de ses fils, posséder, aux Endroits des Bulles, 7 faux et 6 perches, à eux advenues par héritage lors du partage avec ses frères du 2 novembre 1635. Le 24 juillet 1637, donne quittance à son frère Abraham. Othenin confesse, en outre, ses devoirs à S.A.S. Monseigneur le duc de Longueville, prince de Neuchâtel, comme tous les autres bourgeois de Valangin. Ses enfants sont: Abraham, ligne directe. David Jean. Les trois frères résident sur la Montagne du Droit de Renan ; ils sont cités en 1660 dans la reconnaissance de leur père (registre des Montagnes de Valangin, La Chaux-de-Fonds N° 17, folio 92 recto)
Abraham Robert, fils de Othenin, membre de la communauté des Montagnes de Valangin, résidant en l'Evêché de Basle, étant paysan sur la Montagne du Droit de Renan. Père très probable de Josué, ligne directe.
Josué Robert, fils d'Abraham, dit communier du Locle, paroissien de Saint-Imier, cité le 12 décembre 1620. C'est avant le 18 octobre 1654 qu'il est dit feu. Le nom de sa femme est inconnu. Ses enfants sont:
David, ligne directe
Abraham, paroissien de Saint-Imier, cité le 16 septembre 1701. Sa première femme est Eve Ducommun, des Montagnes de Valangin. Elle meurt entre 1697 et 1700.
Sa deuxième épouse, Bénédicte, est fille de Pierre Aubert, de Renan. Abraham et Bénédicte ont passé un traité notarié le 16 septembre 1701. Les enfants d'Eve et d'Abraham sont :
Madeleine épouse, avant le 15 juillet 1681, le sieur Daniel Sandoz, chirurgien, communier du Locle et de La Chaux-de-Fonds.
Eve épouse entre 1681 et 1697 le sieur Pierre Nicolet, chirurgien, résidant à La Sagne en la seigneurie de Valangin.
Benoiste épouse, entre les années 1697 et 1701, Daniel Courvoisier, de La Chaux-de-Fonds. Isaac, établi en Erguel, est paroissien de Saint-Imier comme son frère Abraham. Il meurt avant le 12 novembre 1716. Sa femme était Elizabeth Tissot. Leurs enfants sont baptisés au temple de Renan :
Esther, née le 5 août 1679.
Abraham, né le 3 septembre 1682, cité vivant en Haut-Erguël en date du 12 novembre 1716.
David Robert, fils de Josué, membre de la Communauté des Montagnes de Valangin et communier de Renan, est dit feu entre les dates du 10 mai 1675 et du 26 mars 1680. Il était paroissien de Saint-Imier. C'est avant le 3 septembre 1658 qu'il a épousé la fille de Biaisa Petermand-dit-Veuve (Pétremand), de Sonvillier. Leurs enfants connus sont: Abraham, maître tailleur, ligne directe. Susanne, citée en 1682.
Abraham Robert, fils de David, maistre cosandier (tailleur d'habits), cité à Renan en 1721, épouse d'abord Esther Racine, qui est mère de :
Abraham, né le 21 février 1688
Susanne, née le 7 mars 1691.
Puis, veuf, Abraham épouse, avant le 4 février 1697, Esther Véron, fille d'Abraham, bourgeois de Saint-Imier, et de Marguerite, née Véron. Tous leurs enfants sont baptisés à Renan:
Jean-Pierre, né le 6 juin 1697.
David, né le 5 février 1699, drapier, cité le 1er octobre 1724.
Jean-Louis, né le 27 février 1702.
Imer-Louis, né le 22 septembre 1704.
Jean-Jaques, né le 24 avril 1707.
Daniel, né le 12 avril 1710, ligne directe.
Alexandre, né le 27 mai 1713.
Daniel Robert, fils d'Abraham, né le 12 avril 1710 et baptisé à Renan en Erguël, communier du dit lieu. Son fils d'un premier mariage est:
Jean-Pierre, ligne directe, né en 1736, épouse en 1759 Madeleine Jacot-Guillarmod. Madeleine est sœur de Marianne Jacot-Guillarmod, 1742-1801, qui est femme d'Abram-Louis Robert, fils de Moyse, des Eplatures. Marianne et Abram-Louis sont aussi les grands-parents du peintre Léopold Robert.
Jean Pierre Robert, fils de Daniel, communier du Locle et de Renan en Erguël, paroissien de La Chaux-de-Fonds. Courtier en dentelles, drapier et banquier au village de La Chaux-de-Fonds. Il a épousé Madeleine Jacot-Guillarmod fille de Guillaume, notaire à La Chaux-de-Fonds, et de Madeleine Borle, de Renan. Elle apporte une dot confortable ainsi que des espérances. Madeleine est née le 14 février 1737 au Petit Château à La Chaux-de-Fonds. C'est une maison de maître sise au nord du village dans un très grand domaine avec fermes. Le parc est devenu le très visité jardin zoologique de la ville, le Bois du Petit Château. Le notaire Guillaume Jacot-Guillarmod, fils dAbram, né au sein d'une famille de notables opulents, possédait aussi une maison à La Chaux d'Abél, "La Coronelle", entourée d'un gros bien. Il faut y ajouter la maison du Pruats, celle du Saignât et les maisons près du Corps de Garde et de La Cibourg, ainsi qu 'à Clermont et autres lieux rière Renan. Madeleine Jacot-Guillarmod décédera à La Chaux-de-Fonds où elle fut enterrée le 10 novembre 1798. Grâce à sa fortune personnelle, l'aisance était entrée dans la famille Robert. Elle avait donné 9 enfants à son mari, tous nés et baptisés au Grand Temple à La Chaux-de-Fonds :
Marianne, baptisée le 23 décembre 1759, épousera N.. Heusler.
Jean Pierre, ligne directe, né le 15 août 1761.
Sophie, baptisée le 14 novembre 1762, sera enterrée au Locle le 16 mai 1817. Elle avait épousé, le 24 octobre 1797 à Serrières, Henry Sandoz, fils de Claude, maistre bourgeois de Valangin et communier du Locle et de La Brévine.
Henriette, enterrée à La Chaux-de-Fonds le 17 mars 1786, étant morte âgée d'environ 21 ans.
Louise, baptisée le 22 février 1767, mourra à Dijon le 15 décembre 1844. Elle avait épousé, aux Planchettes, le 28 mars 1791, Louis Florian Ducommun dit Verron, communier de La Chaux-de-Fonds, bourgeois de Valangin.
Philippe, baptisé le 24 septembre 1769, meurt en bas âge.
Philippe, né le 26 novembre 1770 et baptisé le 8 décembre suivant, communier du Locle, paroissien de La Chaux-de-Fonds et de Saint-Imier. Il mourra à La Chaux-de-Fonds le 11 septembre 1839. C'est aussi en ce village qu'il a pris pour femme Marianne Régine Imer, fille de Jean Jaques, bourgeois de Diesse et de La Neuveville, pasteur à La Chaux-de-Fonds, dont descendance.
Une fille morte sans baptême le 19 décembre 1772 et une fille née morte le 17 septembre 1773.
Jean Pierre Robert, fils de Jean Pierre, communier du Locle et de Renan, paroissien de La Chaux-de-Fonds et de Saint-Imier, bourgeois incorporé de Valangin, fervent royaliste. Il est baptisé le 20 septembre 1761 au Grand Temple de La Chaux-de-Fonds. Il sera banquier et marchand en ce village.
Le 11 aoust 1798, il obtint un passeport délivré par la Chancellerie de la Principauté souveraine de Neuchâtel et de Valangin pour se rendre à Francfort pour y traiter des affaires à titre de négociant et de marchand drapier. Le 25 avril 1804, il obtient un nouveau passeport pour se rendre en France, puis le 10 mars 1808, un autre pour aller à Francfort. En date du 6 mai 1816, Jean Pierre est dit être en procès avec la Seigneurie de Valangin. Acte tiré des Audiences générales, volume XVI, page 316.
11 a épousé en premières noces Reyne Robert-dit-chez-Benjamin, fille de Louis, capitaine de la 2e Compagnie des Milices de La Chaux-de-Fonds. Etant de ce village, Reyne y avait été baptisée au Grand Temple, le 18 mars 1759. Elle était sœur d'Olivier, qui est décédé à l'âge de 21 ans en 1784. Elle a été enterrée le 26 aoust 1791. Les enfants qu'elle a eus avec Jean Pierre sont nés à La Chaux-de-Fonds:
Julien, né le 7 janvier 1785, baptisé le 29 du même mois, meurt à Paris en 1825.
Auguste, ligne directe, né le 15 aoust 1786.
Jean Pierre Robert, veuf, épouse en secondes noces Henriette Sandoz-dit-Cornu , fille de Charles-Frédrich, communier du Locle et de La Chaux-de-Fonds, habitant le Mont Cornu. Henriette naît le 29 octobre de Tan 1775 et meurt le 3 juillet 1871.
Ses enfants naissent à La Chaux-de-Fonds:
Louis, né le 11 janvier 1797, baptisé le 4 février suivant au Grand Temple du village. Dès 1837, il est Conservateur des Titres de La Chaux-de-Fonds. Le 19 mars 1845, il y a renouvellement de son poste par le Conseil d'Etat. Louis est demeuré royaliste. Sur sa demande, le 5 mars 1859, il reçoit du Gouvernement républicain un acte prouvant son titre de communier de La Chaux-de-Fonds. Le 16 février 1825, il a épousé Elise Cugnier (1805-1887), fille d'Henri, communier de Fenin.
Jean Pierre, leur père, meurt le 10 juillet 1826, lors d'un séjour à Neuchâtel, et y est enterré le 13 du même mois.
Auguste Robert, fils de Jean Pierre, né à La Chaux-de-^Fonds le 15 août 1786 et baptisé au Grand Temple le 9 septembre suivant. Communier du Locle et de Renan en Erguël, paroissien de La Chaux-de-Fonds et de Saint-Imier, bourgeois incorporé de Valangin, pétri d'idées royalistes comme ses prédécesseurs, banquier et négociant. Décède en date du 30 juillet 1856.
 
Il lègue huit mille francs à la municipalité de La Chaux-de-Fonds, afin d'instituer six fossoyeurs publics choisis parmi les personnes honnêtes mais indigentes et créer les établissements nécessaires pour le service des enterrements. Il sera prélevé sur cette somme ce qui sera nécessaire pour faire à chaque fossoyeur, un costume noir, propre, mais simple. Le surplus sera appliqué à construire une chapelle dans le cimetière pour y célébrer les services funèbres, qui existe toujours. Le donateur recommande que les six fossoyeurs soient choisis immédiatement après sa mort afin que ça soit eux qui le portent en terre. Il donne à son domestique Pierre Déboule la somme de mille francs et à sa servante Françoise une pareille somme.
Louis Julien Robert, fils d'Auguste, né le 14 novembre 1814, mort le 20 avril 1875, banquier à La Chaux-de-Fonds dans la maison qui porte le N°l de la rue des Juifs. Maître Arnold Bolle, historien local, rappelle qu'un notable du village, Monsieur Julien Robert, titulaire d'une banque privée au rez-de-chaussée d'une maison de maître sise au N° I de la rue des Juifs, était fort contrarié de recevoir, occasionnellement, des lettres adressées à: "Monsieur le banquier J. Robert, Juifs numéro un!! " (voir "Le nid dans la cité, La Chaux-de-Fonds d'autrefois" à La Baconnière, en 1970). Cette maison porte actuellement le n° 1 de la Rue Fritz Courvoisier. Lettre de rénovation d'incorporation au Noble et Vertueux Corps des Bourgeois de Valangin, en faveur du Sieur Auguste Robert et de son fils Louis Julien, du Locle, du 31 janvier 1837, avec le sceau de la Seigneurie de Valangin dans une boîte ronde en bois le tout accompagné du ruban rouge et bleu nuit aux chevrons blancs. Julien Robert épouse Marie d'Otto, fille de Karl, financier du tsar, et de Julie Courvoisier. Marie est née le 30 mai 1823 et mourra le 4 février 1867. Son livre de cuisine est conservé chez ses descendants. Leurs enfants naissent et sont baptisés à La Chaux-de-Fonds:
Auguste, né le 6 mai 1845, épouse Marie Guyot.
Marguerite, née le 3 novembre 1850, épouse le 12 avril 1869, Charles de Stoute. Edmond, né le 14 mai 1853, épouse, le 21 septembre 1895, Luisa de Basabe, née le 16 juin 1861.
Arthur Ernest, ligne directe, né le 9 mars 1855.
Léonie, née le 18 juin 1867, épouse le 24 octobre 1877 Alexandre de Budé, bourgeois de Genève
Ernest, né le 1 décembre 1858, épouse Elisa Manicin. De lui descend la branche mexicaine.
Arthur Ernest Robert, originaire du Locle et de La Chaux-de-Fonds, né le 9 mars 1855, épouse, le 27 février 1878, Blanche Couvreu de Deckersberg, fille d'Edouard et d'Emma née Couvreu, de Vevey, née le 23 septembre 1857. Leurs enfants sont:
Edmée, née le 28 avril 1880; elle épouse, le 27 décembre 1907, Andréas Sprecher. Marie, née le 1er mai 1881, morte le 1er mars 1884.
Eugène Arthur, né le 4 avril 1885, médecin, épouse, le 20 décembre 1910, Antigone Mamikonian, d'une famille russe arménienne, née le 14 décembre 1882.
Eugène-Arthur Robert, fils d'Arthur-Ernest, originaire du Locle et de La Chaux-de-Fonds, né le 4 avril 1885 et décédé à Genève. En 1910, il avait épousé Antigone Mamikonian d'origine russe arménienne, 1882-1973, décédée à Genève. Ils ont un fils: Jean-Michel, ligne directe, est né en 1918.
Jean-Michel Robert, fils d'Eugène-Arthur, originaire du Locle et de La Chaux-de-Fonds, né à Paris le 23 mars 1918, industriel aux Etats-Unis d'Amérique. Il a épousé, en 1944, Georgianne Sampson dont il divorce en 1951. Il se remarie ensuite, le 30 décembre 1952, avec Constance Foulk, née en 1921. Ils ont deux enfants: Elisabeth Blanche, née le 8 juin 1955, épouse en 1980 Robert Hill; divorcés en 1989. Paul Eugène, né le 22 janvier 1958, financier, se marie, en décembre de l'année 1987, avec Corme Mooney. Parents de :
Nicole Thérèse, née le 14 décembre 1990.
Annabelle, née le 11 juin 1992. Jean-Michel et Constance partagent leur temps entre les U.S.A. et la Suisse où ils résident à Mies (VD) dans leur maison de campagne du chemin de La Bécassière.

Descendance de Jean-Pierre Robert et de Madeleine Jacot-Guillarmod
Philippe Robert, fils de Jean-Pierre et de Madeleine Jacot-Guillannod, né le 26 décembre 1770, décédé le 11 septembre 1839. En dates du 18 juillet et du 28 août 1848 (registre A.T. pages 431 et 444, Archives de l'Etat, Neuchâtel), le partage de la fortune de Philippe n'étant pas encore fait, le notaire J. Cuche, à La Chaux-de-Fonds, établit un certificat de propriété. C'est le 9 mai 1804 que Philippe se marie avec Marianne Régine Imer, fille de Jean-Jacques, bourgeois de Diesse, et de La Neuveville et pasteur à La Chaux-de-Fonds de 1782 à 1804, année de son décès. Ce ministre était un homme de belle prestance, portant perruque, tricorne et souliers à boucles d'argent; il avait de petites mains dont il usait avec élégance, une petite tête au nez proéminent et aux yeux noirs, grands et expressifs, (tiré de ''Histoire de VEglise de La Chaux-de-Fonds", par Edouard Urech, Edition Saint-Clair, 1964). Leurs enfants naissent à La Chaux-de-Fonds et y sont baptisés au Grand Temple (petits-enfants de Jean Jacques Imer): Jules, né le 20 février 1807 et baptisé le 4 avril suivant. Marianne, sœur jumelle de Jules, épousera Abram Louis Brandt, communier du Locle. Léon, né le 14 octobre 1808, baptisé le 19 novembre suivant, sera propriétaire foncier, rentier et paroissien à La Chaux-de-Fonds, communier du Locle. Il passe un acte de vente, le 3 août 1845, chez Jules Vuithier notaire (A.P. page 57). Le 2 février 1854, sa mère, veuve et rentière, lui donne une procuration pour traiter ses affaires, acte dans lequel sont cités Jules et André, établis à Marseille comme négociants en horlogerie, Paul résidant à La Chaux-de-Fonds comme ses sœurs Marianne et Adèle. (A.T. registre IV page 170, J. Cuche notaire). En 1862, comme contribuable, Léon déclare une fortune de francs 190.000 ainsi que frs. 2.000.- de ressources, pour payer l'impôt annuel direct. André, né le 9 octobre 1815, baptisé le 18 novembre suivant, sera domicilié à Marseille, mais ses bans de mariage sont publiés dans la paroisse de Bôle-Rochefort le 21 juin 1846 lorsqu'il épouse Virgina Imer, la fille de feu Charles-Frédéric J[mer, bourgeois de la Neuveville (registre 2712 à la page 177, aux Archives de l'Etat de Neuchâtel). Paul, né le 17 octobre 1822 et baptisé le 30 novembre suivant, sera négociant.
Adèle
Les fils de Philippe, négociants à La Chaux-de-Fonds, encore en indivision, donnent une procuration à leur notaire, datée du 17 mars 1857 (J. Cuche notaire, A.T., pages 50 et 439).
 
Descendance de Louis fils de Jean-Pierre Robert et d'Henriette
Sandoz-dit-Cornu
Louis Robert, fils de Jean-Pierre, communier du Locle et de Renan, paroissien de Saint-Imier; bourgeois de Valangin, né le 11 janvier 1797. Le 16 février 1825, il se marie avec Elise Cugnier, fille d'Henri, née le 20 mars 1805, décédée le 3 juin 1887. Leurs enfants sont natifs de La Chaux-de-Fonds sont:
Julie, née le 24 décembre 1825, baptisée le 28 janvier 1826, épouse, le 18 août 1855, Fritz Sandoz, du Locle,
Julien-Auguste, né le 14 février 1827, baptisé le 17 mars suivant, est communier du Locle, de La Chaux-de-Fonds et de Renan en Erguël et paroissien de Saint-Imier. Il meurt le 21 mai 1896. Il avait épousé, le 4 juin 1853, Fanny-Louise Vuille, de La Sagne, qui mourra le 27 novembre 1884.
Lucie-Anaïs, née le 27 avril 1828, baptisée le 24 mai suivant, décédée le 16 septembre 1828.
Sophie, née le 24 juillet 1830, baptisée le 28 août suivant. Elle épouse Fritz Jacot le 24 mai 1851.
Marie-Louise, née le 12 septembre 1831, baptisée le 22 octobre, morte bébé le 21 novembre 1831.
Louis-Eugène, né le 17 septembre 1832, baptisé le 20 octobre, mort le 17 novembre.
Lucie-Antoinette, née le 16 octobre 1833, baptisée le 16 novembre suivant. Depuis le 12 mai 1855, elle est l'épouse d'Henri Racine.
Henri, né le 28 décembre 1834 et meurt déjà le 31 janvier de l'année 1835

Retour