Famille neuchâteloise : Chaillet

(extrait du Messager boiteux de Neuchâtel)


II existait deux familles neuchâteloises de ce nom. Elles sont éteintes toutes deux. L'une était bourgeoise de Neuchâtel au début du XIVe siècle ; on la retrouve aussi à La Coudre avec l'appellation Chaillet alias Gaudet. Un rameau acquit la bourgeoisie de Morat au XVIIe siècle, puis celle de Chiètres. Un membre de ce même rameau, Jean, fit l'acquisition de la mayorie d'Amex au canton de Vaud et prit de nom de Chaillet d'Amex. Son jfrère, Henri, qui avait obtenu la seigneurie d'Amex, fat anobli en 1753.
La famille d'Auvernier fat anoblie en 1670. Elle était également bourgeoise de Neuchâtel.
On remarquera sans doute qu'il existe des Chaillet neuchâtelois, originaires de la Côte-aux-Fées, Le fait est exact, mais cette famille est issue d'un personnage de ce nom venu du Chenit, (Vallée de Joux), au XVIIe siècle et qui n'avait aucun rapport avec les Chaillet bourgeois de Neuchâtel.
Le patronyme CHAILLET est issu du sobriquet du casseur de pierres ; un « chaillet » est un petit caillou en patois neuchâtelois (P.-A. Borel). C'est aussi le diminutif de chaillon, petit coin de fer ou broche pointue tournant dans un anneau muni d'une ou plusieurs boucles et servant à traîner par le bout les troncs hors de la forêt {Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand, W. Pierrehumbert, Attinger, 1926).

Retour