Charles Humbert, 1891 - 1958

Illustrateur et Bibliophile

par Pierre-Arnold Borel
 
Charles Auguste Humbert-Droz-dit-Walter, fils d'Auguste-Charles, originaire du Locle et des Planchettes, né au Locle le 4 mars 1891, décédé à La Chaux-de-Fonds le 30 mars 1958, artiste peintre, illustrateur. Sans descendance malgré son mariage, le 26 avril 1920 avec Madeleine Woog, fille de Maurice, fils de Samuel, fils de Meinrad qui était fils de Moyse, orginaire de Buschwiller en Alsace. Sa mère, Alice Esther Bloch est fille de Meinrad, fils d'Isaac, d'Hegensheim en Alsace, et de Désîrée See, fille d'Epharîm et de Charlotte Salomon. Ces familles sont d'origine juive. Madeleine Woog naît à La Chaux-de-Fonds le 23 décembre 1892 et décède le 22 avril 1929 à Zurich. Artiste peintre.
 
Sa sœur Marguerite Woog, née en 1889, est pianiste et elle épouse Louis-André Perret, de la Sagne, conservateur de musée à Genève. Leur fils André Perret deviendra un pianiste de renom.
 Elève de l'école secondaire du Locle en 1904, Charles Humbert montre alors un talent sûr pour le dessin. Son professeur, le peintre Jacot-Guillarmod, Vencourage à embrasser une carrière artistique. Le jeune homme est également attiré par la musique, mais choisit finalement de fréquenter V Ecole d'Art de La Chaux-de-Fonds de 1906 à 1911. Il est dans la même classe que Madeleine Woog. Déjà en 1908, il obtient le premier prix de perspective et d'anatomie ainsi que le deuxième prix sur modèle vivant.
En 1919 il devient membre fondateur de la revue "Les Voix". Dès 1921, il commence à faire des voyages d'études en Italie et à Paris. En 1917 il avait entrepris, avec Louis Perret, une série de portraits en galvanoplastie. Depuis 1921, et cela durant 4 ans, il décore les parois de la salle de chant du Gymnase de La Chaux-de-Fonds de toiles marouflées. Entre 1926 et 1929, c'est lui le créateur de la mosaïque qui orne le hall du Musée des Beaux-Arts de sa ville natale. A partir de 1911, il expose ses œuvres, non seulement dans les musées des Beaux-Arts neuchâtelois, mais aussi à Zurich, Schaffhouse, Saint-Gall, Baie, Berne, Genève, Winterthur, Lucerne, ainsi qu 'à Paris au Jeu de Paume et à Karlsruhe.
Il illustre des livres de collection comme "L'Enfer" de Dante et "Gargantua" de Rabelais.
Le père de notre artiste, Auguste Charles Humbert-Droz-dit-Walter est fils d'Albert et de Salomé Marie Adélaïde Jeanneret-Gris, du Locle ; il est né au Locle le 19 avril 1868, décédé à La Chaux-de-Fonds le 11 juin 1915. Graveur, menacé par la crise économique, il reprend, le 1er février 1900, l'exploitation du café-restaurant "Le Casino" au Locle. En 1912, la famille Humbert s'installe à La Chaux-de-Fonds pour exploiter le Café des Forains qui, par la suite, aura comme enseigne "Brasserie Auguste Humbert". Il a épousé Anne-Marie Walter, fille de Johannes et de Anna Maria Mayer, originaire de Gross Eislingen au Wurtemberg où elle est née le 4 octobre 1863. Leurs enfants sont:
Charles Auguste, ligne directe, 1891-1958.
Gaston, né en 1893. Après un apprentissage de confiseur, il devient grand chef de cuisine, appelé dans les hôtels les plus réputés de Suisse, il ira à Saint-Moritz, à Zermatt et en d'autres lieux. Une profonde affection lia les deux frères durant toute leur vie et ils entretenaient une correspondance régulière.
Au sujet de Charles-Auguste, lire sa nécrologie "Hommage à un grand artiste" dans L'Impartial du 17 avril 1958.
Au décès de Charles Humbert, la bibliothèque de la ville de La Chaux-de-Fonds acquiert, après souscription, sa bibliothèque riche d'une cinquantaine d'incunables, d'une sélection de 5000 volumes de grande valeur, de pièces rares, d'éditions originales, le tout d'un intérêt exceptionnel.
Charles Humbert habitait une vénérable maison du XVIIIe siècle, sise à la rue du Grenier n° 27, bâtie par les frères Ducommun-dit-Verron, maison où il se plaisait. Son toit bien dessiné, les carreaux de ses fenêtres encore sertis de plomb, les volets de bois la rendaient vivante.
Albert Humbert-Droz-Walter, fils de Daniel-Frédéric, grand-père de Charles Humbert, communier du Locle et des Planchettes, bourgeois de Valangin, né au Locle le 6 avril 1831, baptisé le 14 du même mois au moûtier du dit lieu. Il fait sa Première Communion le 6 avril 1849. En 1856 il se marie avec Salomé Marie Adélaïde Jeanneret-Gris, originaire du Locle. Leurs enfants naissent au Locle:
Auguste, ligne directe, né le 19 avril 1868. Blanche, né le 16 avril 1874.
Daniel Frédéric Humbert-Droz-Walter, fils de Daniel, communier du Locle, y demeurant, ainsi que des Planchettes et bourgeois de Valangin. C'est au Locle qu'il naît le 5 mai 1793 et qu'on le baptise le 21 du même mois. Aux Planchettes, le 15 novembre 1817, il épouse Mélanie Othenin-Girard, fille de Frédéric-Olivier, du Locle. Leurs enfants seront baptisés au Moûtier du Locle:
Lucie, née le 10 avril 1818, citée dans un acte de 1841.
Elise, née le 9 mai 1819, citée en 1855.
Isaline, citée vivante en 1844.
Jules-Frédéric, né le 25 janvier 1825, sera horloger. Il teste en 1904 et décède le 16 juillet de cette même année. Il avait épousé, en premières noces, Françoise Catherine Jeanneret-Gris avec qui, en 1855, il a un fils:
Charles-Constant
Puis, il épouse, en deuxièmes noces, Marianne-Julie Marchand, fille de Samuel et de Marianne Béguelin, 1827-1892.
De nouveau veuf, Jules-Frédéric épouse, en troisièmes noces, Julie-Emma Robert-Tissot. Ulysse, né le 12 juin 1827, cité en 1854. Caroline, née le 16 août 1829. Albert, ligne directe, né le 6 avril 1831. Marie, née le 7 juin 1833, citée en 1854. Fanny, née le 7 mars 1835, citée vivante en 1866.
Zélim, né le 26 mars 1837, épousera au Locle le 10 octobre 1875, Marie-Emestine Tenna. Mélina, née le 5 juin 1839, citée en 1860.
Daniel Humbert-Droz-Walter, fils d'Abraham, communier du Locle et des Planchettes, baptisé au Locle le 6 décembre 1766, résidera à La Molière. C'est au Locle qu'il épousera, le 3 mars 1792, Henriette Huguenin fille d'Abraham, communier du Locle. Leurs enfants sont: Daniel-Frédéric, ligne directe, né le 5 mai 1793.
Esaïe, né le 1er avril 1806, sera l'époux de Julie Jacot-Descombes, fille de Frédéric-Guillaume, du Locle. Ils ont un fils: Henri-Auguste, 1834-1901, horloger.
Abraham Humbert-Droz-chez-Walter, du Locle et des Planchettes, communier des dits lieux, bourgeois de Valangin, fils d'Abraham, né vers 1730. Il sera enterré au Locle le 26 novembre 1790. Il s'était marié le 19 avril 1760 aux Planchettes avec Judith Matthey, fille de feu Abram, des Planchettes. Elle sera enterrée au Locle le 7 octobre 1813, morte à l'âge de septante-huit ans. Leurs enfants naissent et sont baptisés aux Planchettes: François, bourgeois incorporé de Valangin, meurt à l'âge de cinquante-neuf ans et huit mois et est enterré aux Planchettes le 24 septembre 1823. Charlotte, née le 4 novembre 1764, sera la femme de Charles-Frédéric Favre-Bulle, des Ponts-de-Martel et demeurant aux Frètes. Elle meurt le 30 juillet 1804 et est enterrée au Locle Daniel, ligne directe, est baptisé le 6 décembre 1766 Abram, baptisé le 1 août 1772. Louise, née le 17 mars 1774.
Abraham Humbert-Droz-chez-Walter, fils de Walter, né aux Planchettes le 27 février 1707. Sa confirmation de baptême est dite au temple des Brenets, le 30 mars 1725. Il a probablement épousé Anne-Marie Humbert-Droz, des Planchettes. Elle mourra à l'âge de septante-deux ans et sera enterrée le 29 septembre 1778. Ils avaient eu un fils prénommé: Abraham, ligne directe.
Walter Humbert-Droz, fils de Walther, épouse le 12 décembre 1702 aux Planchettes Jeanne-Marie Robert, originaire du Locle. Ils ont un fils: Abraham, ligne directe.
Walther Humbert-Droz-chez-Walter, fils probable de Valther. Le nom de sa femme ne nous est pas connu, mais leurs enfants sont:
Walter, ligne directe.
Abram ; on sait de lui que, déjà veuf d'une première épouse prénommée Susanne, il épouse, en secondes noces, aux Planchettes le 27 avril 1706, Marie Jacot-Descombes, originaire du Locle; il mourra le 27 avril 1713.
Valther Humbert-Droz, fils aîné de Josué, communier du Locle. Le lundi 19 septembre 1659, demeurant au Dazenet à la mayorie des Brenets, il passe reconnaissance de ses biens. Le 2 juillet 1660, il reçoit une lettre de Bourgeoisie signée par Monseigneur le gouverneur Stavay de Mollondin au nom de S.A.S., signée et scellée de ses armes. Valther est l'époux de Magdelaine Robert. En date du 2 février 1650, Valther partage avec son beau-père Jaques Robert, un héritage en prel, closel avec arbres fruitiers, maison sus assise, fontayne et appartenances, le tout au Dazenet. Le fils de Magdelaine et de Valther est probablement: Walter Humbert-Droz-dit-Walter, ligne directe.
Josué Humbert-Droz, fils de Valther, du Locle, sera dit feu avant le 27 décembre 1660, date à laquelle Abraham, Josué, Joseph, Jaques, Esayé et Judith, ses enfants, indivis avec leur mère reconnaissent posséder à La Joux rière Pouillerel dixmeur du Dazenet: 62 faulx de terre, maix et héritage, maison, loge au Cemil, bois, curtil, cis-ternes, fontaynes et abbreuvoirs. En la mairie du Locle: Au Cemil Antoine dixmeur des Endroits leur héritage avec une partie de maison et un prel Aux Escharbots dixmeur du Foulet. Ils reconnaissent aussi un rappel de la lettre de Bourgeoisie de Valangin accordée à Nicolas fils de Claude, leur ancêtre affranchi de la condition de franc-habergeant. Josué a épousé Marguerite Huguenin-Matthey, fille du maire du Locle. Leurs enfants sont:
Valther, ligne directe.
Marguerite, a épousé Moyse Robert, du Locle.
Magdelaine, sera la femme d'Huguenin Robert, du Locle. Marguerite et Magdelaine passent traité et quittance de dot le 16 novembre 1652. Abraham Josué Joseph Jaques Esayé Judith
Valther Humbert-Droz, fils de Nicolas, communier du Locle donc bourgeois de Valangin, laboureur au Dazenet. Le nom de sa femme ne nous est pas connu; dont:
Josué, ligne directe
Abraham, le 30 juin 1625: sa légitime succession. Lettre de Bourgeoisie concédée à ses fils et insérée dans la reconnaissance de biens des hoirs de feu Josué Humbert-Droz, leur oncle, du 2 juillet 1660. Le 27 décembre de cette même année: Josué, Valther, Abraham et Judith indivis avec Jaqua Robert fille de Jaques, du Locle, leur mère, veuve de feu Abraham, reconnaissait les biens familiaux à La Joux dernier Pouillerel au quartier dixmeur du Dazenet en leur maison comprenant maix et héritaidge de 40 faulx avec fontaine et cuve, bois, courtil, chênevière, abreuvoir ainsi qu'un prel au haut de Pouillerel.
Nicolas Humbert Droz, fils de Claude, communier du Locle. Lettre de Bourgeoisie de Vallangin à luy accordée en l'an 1573 avec affranchissement de la condition de franc-habergeant par la comtesse Isabelle de Vallangin. Sa femme
NN... lui a donné:
Blaise
Valther, ligne directe
Daniel
Jaques, sera le grand-père de Josué fils d'Abraham. Le dit Josué, le samedi 29 décembre 1660, reconnaîtra posséder l'héritage de famille sis dernier Pouillerel au quartier dixmeur du Dazenet.
Josué sera l'époux de Jaqua Jacot, des Planchettes, décédée avant août 1656.
Jaques aura un second fils (frère d'Abraham) qu'il prénommera Jaques qui recevra une lettre de Bourgeoisie le 2 juillet 1660.
Claude Humbert Droz, fils d'Humbert Droz, cité en 1530, père de: Nicolas, ligne directe.
Humbert Droz, premier du nom, franc-habergeant du Locle, né vers l'an 1450, est
le père de:
Claude, ligne directe.
Pierre, qui sera père de:
Guillaume, qui reçoit la première lettre de Bourgeoisie le 23 juin 1576.

Retour